NOS INVITES

Tierno Monénembo

TIERNO.png

Né en 1947 en Guinée, docteur en biochimie, Tierno Monénembo a enseigné au Maroc, en Algérie, aux Etats-Unis et en France avant de revenir en Guinée en 2016. Romancier internationalement reconnu, il a notamment été lauréat du Prix Renaudot en 2008 pour son roman Le Roi de Kahel, et en 2017 l’ensemble de son œuvre a été couronné par le Grand prix de la francophonie décerné par l’Académie française. Outre de nouvelles et d’une pièce de théâtre, il est l’auteur d’une douzaine de romans tous publiés aux éditions du Seuil, des Crapauds-brousse en 1979 à Bled en 2016. Il figure parmi les auteurs classiques majeurs des littératures africaines de langue française.

Son œuvre entrelace recours au matériau historique et problématique lancinante de la mémoire, une « mer collective ». Ainsi nombre de ses personnages suivent les traces mémorielles jalonnant l’exil africain, par exemple dans Pelourinho (1995), qui se déroule au Brésil, ou Les Coqs cubains chantent à minuit (2015), situé à Cuba. Mais il a également recours à l’archive pour faire revivre des personnages historiques : tels, dans Peuls (2004) puis Le Roi de Kahel, Olivier de Sanderval, ingénieur aventurier originaire de Lyon et Marseille rêvant de construire un chemin de fer et de fonder un royaume au Fouta Djalon en Guinée, ou, dans Le Terroriste noir (Prix Ahmadou-Kourouma, 2012), Addi Bâ, résistant dans les Vosges au cours de la Seconde Guerre mondiale.

« Pour un romancier, l’Histoire est un sujet inévitable. Ou on l’exploite, ou on la refoule, ou on la renie, ou on s’en moque. En tout cas, elle est là et elle hante et hantera toujours la littérature. »

VERGETTE_LOGO_APELA.jpg 

Hawad

HAWAD.png 

Le poète et peintre touareg Hawad, originaire de l’Aïr (Sahara central) où il est né en 1950, réside à Aix-en-Provence. Il écrit en tamazight et caractères tifinagh (langue et système d’écriture des Touaregs), mettant en scène des mondes « infiniment en marche » qui se rencontrent, se métamorphosent, se recomposent pour continuer leur route. Le drame et la résistance du peuple touareg nourrissent son univers de fiction. Un recueil de ses poésies (1985-2015) est paru dans la collection Poésie / Gallimard (Nrf) en 2017, traduit par l’auteur et Hélène Claudot-Hawad (DR Unité Mixte Internationale Environnement, Santé, Société), sous le titre Furigraphie. Le film qui lui a été consacré en 2009 par Hélène Claudot-Hawad et Nathalie Michaud s’intitule Furigraphier le vide.

« Nous sommes les rivets de la mémoire / dans les tempes de l’aube / et les traits de feu / posés entre les racines / et les envolées de l’absolu / Ne craignez pas les temps / Par le museau / corde douleur du sentier / sillage d’un astre en fuite / nous traînons le monde / et la page pâle de l’histoire »

 favicon1_150x150.jpg

 

Personnes connectées : 1